Les déchets on peut les réduire et les recycler.

Publié le par les perdigones


Petit panorama de quelques expériences

qui ne prennent pas la planète pour une poubelle



        1999 : les trente petites communes de la communauté de la porte d’Alsace décident de changer radicalement la gestion des ordures ménagères. Et d’appliquer un système fait de bon sens. La redevance est basée sur le poids ou le volume de déchets présentés par chacun.

        La pesée embarquée est née et les résultats sont immédiats.


LA PESEE EMBARQUEE, CHACUN PAYE CE QU’IL JETTE

Le volume baisse parce que les habitants, trient, compostent, n’acceptent plus les emballages. link


        L’an dernier, Nathalie Kosciusko-Morizet, alors secrétaire d'Etat à l'Ecologie, précisait  "en général c'est assez radical : en l'espace d'un an, vous divisez par deux le volume" des déchets produits par les ménages. L'habitant ne paie que ses seuls déchets résiduels ainsi qu'une petite part fixe destinée à réguler les variations de flux des collectes. Dans la pratique chaque habitant possède une poubelle avec une puce électronique qui permet de savoir lors de la collecte ce que chacun jette.

 

        Dany Dietman est le grand artisan de cette révolution tranquille.

        Il s’explique sur cette vidéo

 


 

DE 360 KG ON EST TOMBE A 96 kg

          Dans les communes qui appliquent la pesée embarquée, on est passé de 360 kg à 96 Kg de déchets par an et par habitant. ( link ) . Gain pour l’environnement et gain financier pour les ménages qui paient des taxes moins chères. Bien sûr tout n’est pas parfait, mais les risques de dérapages sont moins dommageables que de prendre la terre pour une décharge !

        Et Dany Dietman de souligner ce qu’il faut de détermination pour en arriver à de bons résultats. « C’est plus facile de dire,: pour vos déchets mettez tout dans votre poubelle au bord du trottoir, je m’en occupe !  Et derrière, avec toute cette merde sur les bras, la solution de facilité c’est l’incinération, ou l’utilisation de l’atmosphère comme dépotoir. C’est évidemment plus compliqué d’aller dans les écoles, de faire des réunions de quartier, de modifier les biorythmes des concitoyens, et d’envoyer paître les démarcheurs de Suez, Véolia et consorts. Mais çà c’est une autre histoire. »

         Pour plus du détails: "payer les ordures au kilo"  link

 

LE TOUT VALORISATION EST POSSIBLE

          Autre façon de traiter les déchets : les recycler, les valoriser. Ils sont considérés comme des matières à transformer.

Ainsi, un industriel de la gestion des déchets prône le « tout valorisation ». PDG et fondateur d’Ulysse, « société de gestion globale des déchets nouvelle génération », Patrice Dauvin pense que trop de déchets finissent en décharge alors qu’une autre organisation permettrait à la France de retrouver le peloton de tête avec l’objectif de limiter à 10 ou 20% les déchets éliminés en décharge ou en incinération.

Lire la suite link


 

DE NOMBREUSES AUTRES INITIATIVES

         Les initiatives ne manquent pas. Elles ont toutes pour dénominateur commune de considérer que le meilleur déchets c’est celui qu’on ne produit pas. De considérer qu ’un déchet n’est pas un résidus, mais doit faire l’objet de valorisation.


         Par exemple, cette expérience à Vienne où s’est créé le premier site d’éco carburant à base d’algues cultivées grâce à la fermentation de déchets ménagers. link


        Ou encore Dunkerque qui s’enorgueillit d’être la première commune à avoir mis en place le tri sélectif: c’était en 1989. Aujourd’hui le tri selectif s’opère à domicile où trois poubelles de couleurs différentes reçoivent des déchets de nature différente. (Poubelles vertes, bleues et marron). L’incinérateur est fermée depuis 1998, ce qui n’empêche pas de valoriser « 89 % de déchets ». link


Dans le département des Alpes Maritimes une alternative à l’incinération va naître grâce à un projet portée par le SMED (syndicat Mixte d’Elimination des Déchets.) On va commencer à faire du tri un peu plus sérieusement. link. Ainsi le projet du centre de Valorisation Organique du Broc qui regroupe 72 communes des vallées du moyen et haut pays qui devrait être opérationnel en 2011. Le tri s’opérera à la fois sur des points d’apport volontaire et des points de collecte à domicile. Le but, mieux trier, pour valoriser et composter. Pour plus d'infos, voir un extrait du journal télévisé de France 3 (°), diffusé le 22 janvier 2009 - link -


note: (°) à la date du reportage, la décision de fermer la décharge de la glacière dés cet été n'avait pas encore été prise 



 

Publié dans Déchets

Commenter cet article

M.W 24/06/2009 23:25

Ce système de pesée fonctionne quand on a à faire à des citoyens qui ont "l'empreinte" écologique!!!Le risque, si l'on pèse les déchets, c'est que les personnes non citoyennes les déposent dans la nature!ou chez le voisin!! C'est pourquoi  je pense que donner deux conteneurs : un pour les emballages, l'autre pour le verre, peut être plus productif, dans un pays comme celui ci! A condition de les déposer devant la porte et de les ramasser; chaque semaine!!!Lorsque, il y a plus de vingt ans, à mon arrivée à Menton, j'ai téléphoné à la mairie pour savoir où jeter les résidus de peinture, on m'a répondu: "dans les égouts"Je pense qu'il y a toute une "inculture" du respect de la nature dans ce pays!Il faut éduquer, peut-être par les enfants! Mais il reste beaucoup à faire!

Montserrat Collet 22/06/2009 06:38

Pour compléter mon premier commentaire, pourquoi ne pas accélérer, imposer la fabrication de déchets recyclables à l'ère de la technologie de pointe. Alors que notre planète se meurt des multinationales pollueuses qui n'en ont rien à foutre de polluer, qui ne signent pas le traité de Kyoto et qui pour évacuer leurs déchets vont acheter le droit de polluer aux pays du tiers monde qui n'utilisent pas leur quotas de droit à polluer! On voudrait encore nous faire payer! La nuit portant conseil, je crie au scandale! Stop c'en est trop! Un bon film comme "Home" au plan local avec leurs conséquences ,je pense que ce serait un bon électrochoc! Où en est la conscience de nos politiques locaux? Face à l'incompétence, le citoyen serait mis à contribution? Non! Je ne suis pas étonnée qu'une telle mesure soit soutenue par Moriset -....ex ministre de l'écologie UMP!

GG 21/06/2009 16:56

Absolument d'accord pour taxer plus fortement les producteurs de déchets qui bénéficient en France de conditions incitatives pour en produire encore. Surtout qu'il ne faut pas oublier que les déchets et les emballages sont des marchés qui rapportent. Quant à la taxation des particuliers, elle existe déjà; c'est la taxe des ordures ménagères qui n'a aucun rapport avec la production d'ordures de chacun.

Montserrat COLLET 21/06/2009 16:35

Je comprends le besoin de sensibiliser le citoyen à l'environnement, à la gestion de ses déchets au quotidien mais taxer..NON!  De la pédagogie, de la pédagogie! Des moyens ! Lorsqu'on trouve des milliards pour les banques, que la pauvreté s'aggrave j'ai du mal à accepter une nouvelle taxe .Qu'en est-il des pressions auprès des producteurs de ces déchets, Autrefois, à l'époque de mes parents , il y avait une poubelle tous les ... Comment se fait-il qu'on en soit arrivé à tant de déchets? Société de consommation quand je vous tiens! Pourquoi ne pas voir le problème à l'envers? Taxer les producteurs qui poussent à la consommation de déchets inutiles! Ras le bol de passer par le citoyen coupable de ses déchets! C'est comme la cigarette, on met 4000 produits pour vous rendre accroc au risque de vous détruire, problème de santé publique, mais on ne cherche pas à  interdire les produits toxiques. Et ensuite... si tu fumes et te ruines la santé c'est ton problème! On aggrave le déficit de la sécu, et touti quouanti! Ras le bol! De la cohérence s'il vous plait! Merci!