Le pouvoir des pierres

Publié le par les perdigones


Des pierres des pierres encore des pierres!



          En vrac ça fait un énorme tas, remonté ça fait un mur de soutènement.

          Antoine n'en revient toujours pas c'est bien plus rigolo qu'un jeu de légo, et puis pas de risque de se faire gronder parce qu'il joue avec des pierres, papa et tonton, ça fait 2 jours qu'ils ne font que ça.

 

 


Mais au fait pourquoi autant d'entêtement à remonter des murs en pierres sèche?

Quelques réponses glanées chez des mourailleurs, amateurs ou professionnels

c'est propre

c'est beau

ça détend...


Quoi!

Ce travail de bagnard: remuer la terre, la trier, sortir les cailloux, les trier, les porter, en poser un , ça va pas, l'enlever, en mettre un autre, ça va pas, recommencer et chercher, jusqu'à trouver la pierre qui va rentrer à sa place, ça détend ?


Eh oui! ça vide la tête de tout ce qui est dérisoire et superficiel. Pour monter un mur en pierre, il ne faut penser à rien d'autre qu'aux pierres. Et bien ça vaut le coup: le temps prends une autre dimension et tu retrouves ta place, ta juste place, comme chaque pierre doit trouve la sienne.




Et puis, regarde le résultat, un tas de cailloux qui se transforme petit à petit, grâce à toi.

Tu fais du beau avec rien....presque rien...






Et puis pour l'eau c'est ce qu'il y a de mieux, (voir le site d'un maçon qui ne jure pas que par le béton - lien )


Regarde tous ces murs en pierre quand il pleut, l'eau, elle passe à travers. 

 


 

            Bon mais pour refaire un mur en pierres sèche, il y a des règles, on fait pas n'importe quoi...Rien de bien difficile cependant, pas de quoi prendre peur !

 

 

 

SIMPLE ET SAVANT

 

          Pour restaurer un mur en pierre sèche, il suffit et il importe de comprendre la technique de ceux qui l'ont édifié, préliminaire incontournable et nécessaire humilité.

 

          Quelques règles simples à ne contourner sous aucun prétexte: le fruit, le drain et les boutisses.


 - Le fruit, c'est l'inclinaison. Pour mieux résister à la poussée des terres gorgées d'eau, le mur ne sera jamais vertical.


- Le drain, c'est la piéraille derrière les pierres apparentes, il doit être d'autant plus important que le terrain est lourd (argileux) et que le mur est haut. Ainsi, un drain de piérailles d'un mètre de profondeur est courant dans certaines zones. Double gain, le terrain est parfaitement epierré et le mur, parfaitement drainé.


- Les boutisses, ce sont les pierres les plus longues et les plus belles à ne surtout pas utiliser en parement, mais à positionner en profondeur dans le mur, elles vont l'ancrer, de loin en loin, un peu comme de grands clous et vont en répartissant la poussée des terres, permettre à la construction de pierres, de mieux résister à la poussée des terres.

 


LA RAISON DES TAS


          Et puis l'organisation du travail est primordiale, avant de remonter ou de monter un mur il faut faire des tas.


          Et oui Des tas. Il va falloir trier les pierres, les petites, les moyennes, les grosses, les plates, les longues, les triangulaires... C'est là un des premiers secrets, qui sera d'un grand secours quand vous chercherez La pierre, vous savez celle qui va à SA place.

          Pierre Martel,  écrivait "on  a beau avoir l'oeil, il est rareque la première pierre choisie dans le tas soit celle qui convient le mieux. Et là il ne faut pas faire de sentiment ! Il faut en chercher une autre"....alors dans ce jeu de patience autant se donner les moyens de ne pas la perdre...

      

          Mais ça ne suffit pas, il ya la terre aussi, celle qui s'est éboulée avec le mur, et puis celle que vous allez décaisser pourqu'à l'arrière de votre  mur, le drain soit le meilleur possible; car au fil des années petit à ,petit, la terre s'est infiltrée et a fini par se mêler aux pierres.

         Elle aussi la terre - il faut en faire des tas - et pas n'importe où. En bas du mur mais aussi en haut. Pas la peine de risquer le tour de rein pour combler l'arrière de votre drain quand vous atteindrez la partie haute de votre ouvrage.


        .... En résumé, des tas - mais des tas organisés -

pas trop près du mur, pour ne pas se prendre les pieds dedans,

mais pas trop loin quand même....


 

Maintenant le jeu peu commencer

 

 

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&& 


           Si vous voulez quand même en savoir un peu plus, pas d'inquiétude, il ya des livres et des sites excellents, nous vous en conseillons quelques uns:

 

- celui du CERAV, (Centre d'Etudes et de Recherche sur l'Architecture Vernaculaire) une mine de renseignements, véritable portail de la pierre sèche  ( link )

- celui d'une association "Pierres d'Iris", autre portail complet ( link )

- celui d'un murailleur poète bloggeur, une mine lui aussi avec des exemples de belles réalisations, des conseils et des liens ( link ) et une page entière de références littéraires: "mots et murailles" ( link )

 

           Et puis pourquoi ne pas profiter des vacances pour découvrir les routes de la pierre sèche  ( link )  


         Et pour finir deux livres techniques récents ( link ) et ( link )  et surtout:

- un petit fasticule, édité par le parc national des cévennes, véritable  manuel de poche de la restauration des murs en pierre sèche, pense bête simplissime et indispensable  link

 

           Sans oublier bien sûr notre bible, le livre de Pierre Martel et Pierre Coste, précurseur et incontournable link



&&&&&&&&&&&&&&&&&&& 


           Alors si vous oubliez vos pierres vous serez impardonnables et puis pensez-y, il ne faut pas grand chose pour qu'elles reprennent vie, ce serait dommage de gâcher tout ça...

"Un pur esprit s'accroit sous l'écorce des pierres"  (Gérard de Nerval)

 



Commenter cet article

TORNOUILLE 12/07/2011 17:35



Bonjour,


Il existe aussi un fascicule éité par la communauté d'agglomération de grasse qui concerne la préservation des restanques...


http://www.poleazurprovence.com/assets/files/guide%20restanques%20web.pdf



les perdigones 12/07/2011 17:44



Merci beaucoup pour votre information que nous publions; A noter que ce fasticule n'existait pas quand nous avons publié cet article. Une très bonne initiative de Pôle Azur Provence.



L.G. 11/02/2010 17:59


je repasse par votre blog car je viens de rééditer l'article sur le drainage en voici le lien http://pierreseche.over-blog.com/article-le-drainage-d-un-mur-en-pierre-seche-44735939.html
bien cordialement


kikoulaw 10/02/2010 12:56


merci pour votre site tres instructif venez voir ce lien c mes realisation
http://kikoupierresseches.over-blog.com/


Gilles 11/07/2009 17:49

Créer avec rien... Je crois que tous les muradous levensan, corses ou boliviens ont cette force qui fait élever leurs murs et leur âme, comme un Picasso devant sa muse ou un Monet devant ses coquelicots. Au Vignal aussi se préparent humblement les 3 tas de peira et les fondations se creusent au pic et pelle manuelles. Le plaisir du montage "en puzzle" vient aussi de ces heures qui précèdent où comme dit Nono on sent que "ça chauffe"... Je crois aussi que les pelles d'ODV ont remplacé toute âme humaine qui vaille... A nous, à vous, par vos articles et vos recherches remarquables à le lui rappeler pour que Levens et tout ce qui vit garde l'âme sage que nous ont transmis nos anciens. 

M.W 06/07/2009 09:02

Merci pour vos articles et pour les liens sympas!Comment inciter les habitants de Levens, y compris ceux qui devraient donner l'exemple, à relever leurs restanques?Amicalement M W

les perdigones 06/07/2009 09:21


Votre question est apparemment anodine, en fait elle renvoie à une attitude générale, à chacun de faire sa part.
Bien que l'on ai un peu tendance à l'oublier, l'être humain s'est construit sur la transmission des savoirs, c'est là notre force, la seule.


L. G. 05/07/2009 21:02

mille merci pour les liens et les références, je suis très touché!

les perdigones 05/07/2009 22:31


merci à vous aussi pour votre blog très instructif