LEVENS: La modification du POS était fausse

Publié le par les perdigones

        Coup de théâtre au conseil municipal. Le responsable de l’opposition demande au Maire de retirer la modification du POS concernant les secteurs du Rivet et de l’Orte, car le document présenté au public, puis aux conseillers municipaux est faux. Il n’est tout simplement pas tenu compte d’une précédente révision du POS sur une partie du secteur du Rivet.

 

       À Levens les modifications « mineures » du POS (Plan d’ Occupation du Sols) sont légion. À un point tel que le Maire Antoine Véran, ne sait même plus combien il y en a eu depuis le document de référence, validé en 2000. À un point tel que l’on avait oublié de noter qu’une partie de la zone du Rivet n’était pas en UCa, comme présenté dans les documents (voir) mais en UAd  (voir)

       Explications de ces sigles: UCa signifie « zone urbaine dédiée à l’habitat individuel », Uad signifie zone « d’équipements collectifs ». Et la modification prévue consistait à faire passer le tout en zone UCa1 c’est à dire zone « dédiée aux logements sociaux».


       Qui est-ce qui s’est trompé dans les zonages? Tous ceux qui avaient en charge de monter les dossiers ou de les vérifier. (Maire, élus et techniciens de la mairie de Levens). C’est en tout cas ce que, piégé, dit le Maire.

       En effet quand préalablement à cette révélation, on lui fait remarquer que ce doit être la communauté urbaine qui a monté les dossiers, il ne manque pas de se vanter que non. 

       Bref peu importe, ce n’est pas très sérieux.

 

       Gilbert Bovis, demande ensuite au maire de retirer cette délibération au motif qu’elle est entachée d’une erreur manifeste, d’abandonner ces projets, élaborés dans la précipitation, et de se mettre autour d’une table pour « réfléchir ensemble ».

       Réponse du Maire:« pas question », le public reste abasourdi.   

 

LES MENSONGES DU MAIRE

 

       Il y a eu beaucoup de mensonges de la part du Maire; quelques extraits non exaustifs.

 

       Quand Antoine Véran présente « sa » synthèse des remarques portées sur les cahiers de la consultation, il n’en signale aucune en faveur des modifications. D’où la question de Gilbert Bovis, un peu plus tard : « Y a t’il eu des remarques positives ? ». Le Maire « Oui, quelques unes ». Faux : Tous ceux qui ont assisté à la clôture de l’enquête peuvent en témoigner.(lien) Sans compter que s’il y en avait eu, le maire n’aurait pas manqué d’en faire mention dans sa « synthèse ».

 

       Gilbert Bovis « Vous dites que ces deux sites ont été choisis après études, quelles sont les études ? »

Le Maire « les études ont été faites, les mesures ont été prises »

G. Bovis insiste ; « C’est important Mr le Maire, car le choix des sites est très critiqué par trois associations et elles ont fait un travail argumentaire remarquable »

Finalement on apprendra qu’il n’y a jamais eu d’études, mais que s’est juste présentée l’opportunité de « préempter ces terrains »

 

       Autre mensonge, lorsque le Maire signale que les terrains qui sont censés passer en zones d’immeubles UCa1 «  appartiennent pour la plupart à la commune ».  Faux, il y a bien au Rivet beaucoup de terrains communaux, mais il y a aussi des propriétés de particuliers. Et à l’Orte il y a surtout les terrains Goscinny, et aussi quelques autres parcelles privées.

       Partout, il est très facile de vérifier qui est touché, il suffit de superposer le cadastre et les zones présentées à modification.

 

 

SOLIDAIRE AVEC LES ASSOCIATIONS

 

       Auguste Guglielmazzi, (opposition) a tenu à faire taire une rumeur selon laquelle il n'aurait pas été solidaire du geste des associations lors de la Saint-Antonin, la fête patronale de Levens. Ce jour là les associations avaient tenu à remettre au Dr Frère un panier de légumes de l'Orte et une lettre à l'attention de Christian Estrosi, président de la Communauté Urbaine de Nice (lien). "Je suis totalement solidaire des actions entreprises par les associations et je n'accepte pas les programmes sociaux en l'état. J'attire votre attention tout particulièrement sur le secteur de l'Orte. Compte tenu de la présence de l'eau, des sources, les vieux n'ont jamais construit à cet endroit là, ce n'est pas hazard".

 

LE MEPRIS

 

       « Les gens feront des économies d’eau » ou encore « on a choisi de mettre les gens dans des zones inondables ». Voilà le niveau des réponses du Maire lorsqu’on lui fait remarquer que des constructions dans ces zones peut "aggraver les risques inondations".

       Comme si de rien n’était le Maire fait voter les deux délibérations, adoptées par toute la majorité. L’opposition a voté contre et annoncé qu’elle demanderait aux élus de la communauté urbaine de ne pas s’engager plus avant dans cette aventure. Elle a annoncé qu’en cas de refus, elle déposerait un recours en annulation.

 

       Ces modifications sont inscrites à l’ordre du jour de la séance du conseil communautaire qui se réunit lundi matin à Nice/Arénas à partir de 8 heures.

 

       À noter qu’en début de séance il a été interdit à un levensois, militant associatif de filmer les débats. Pourtant celui-ci a fait valoir le texte de droit le lui permettant et a cité une réponse ministérielle de 2005 qui le confirme (lien). (ndlr: la réponse émane du ministre de l'intérieur, à l'époque Mr Sarkosy). Rien n’y fait, refus du maire.


       La pluie, qui avait disparu depuis cinq mois, s’est remise à tomber.

 

 

 

 


Publié dans Urbanisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article