GAZ DE SCHISTES : ALERTE DANS LE GRAND SUD

Publié le par les perdigones

            

        Dans le triangle Carcassonne Valence Nice le sous sol serait favorable au développement du Gaz de Schistes. Les premières autorisations à explorer ont été accordées dans la plus grande discrétion par Jean Louis Borloo . Elles touchent la plaine de Carcassonne, les Cevennes, le  Larzac, Brignoles, Gardanne etc.

        Problème: les techniques de forage sont catastrophiques pour l’environnement.

 

         Le Sud Est n’a pas de pétrole, mais il pourrait avoir du Gaz. Du gaz de schistes précisément. Et en quantité. Voir la définition de ce gaz non conventionel emprisonné dans des roches. 

 

 

D’ANNECY À CARCASSONNE

 

         En France, « la géologie des différents bassins sédimentaires est plutôt favorable à leur développement, notamment dans le bassin du Sud-est, dans le triangle Valence-Montpellier-Nice », estime  Roland Vially, géologue à l’IFP énergies nouvelles. Cette déclaration date de quelques jours . Depuis le triangle s’est élargi. Et voici les lieux de forage avérés. Les autorisations ont été accordées par Jean Louis Borloo au printemps dernier. Évidemment sans que les populations en soient informées.

map google gaz schiste

cliquer ici pour agrandir l'image et visualiser les sites détaillés (liste non exhaustive) 

 

         Les explorateurs ont nom GDF SUEZ; TOTAL; le géant Texan de l'armement SCHUEPBANCH... Ces deux derniers révèle le site OWNI, « sont libre d’explorer 9672 km2 dans le sud de la France. Un terrain de prospection  grand comme la Gironde ». 

(lire sur ownipolitics.com du 7 déc 2010: "gaz de schistes, le trésor empoisonné du sous-sol français" )

 

  gaz_schiste_poster-72-ppi.jpg

cliquer sur l'image pour l'agrandir


 

 

UN PROCEDÉ D’EXTRACTION QUI A OCCASIONNÉ DES DÉGATS

 

         Les gaz de schistes sont extraits depuis quelques années aux États Unis et au Canada . Depuis peu, car si on se doutait de la présence de ces gaz non conventionnels dans le sous sol, il n’y avait pas jusqu’alors de procédé d’extraction adapté.

         Le procédé mis au point par le géant de l’armement, la société américaine Haliburton, c’est la fracturation hydraulique. (lire) 

         Pour visualiser le procédé voir "fracturation hydraulique mode d'emploi" ©OWNI

[application] Gaz de schiste

 

         Ce procédé présente plusieurs inconvénients majeurs.

  • D’abord il est consommateur d’eau et de produits toxiques...

         On fore une cavité de 30 cm sur une profondeur de 1000 à 3000 mètres. On coude alors le forage qui s’avance horizontalement dans la couche de schiste censée renfermée du gaz. Après l’explosion d’une charge au fond du puits on injecte avec force (600 bars) un mélange de 95 % d’eau , 4 % de sable et 1% de produits chimiques. La liste de ces produits est tenue secrète.

         À chaque fracturation, les quantités d’eau consommées sont énormes : de 7 à 15 000 M3. La moitié de cette eau seulement remonte à la surface. Lorsque le gaz sort il laisse échapper des vapeurs toxiques et des gaz à effets de serre. Les travaux du professeur AL Armendariz du département d'ingénierie civile et environnementale de l'université méthodiste de Dallas ont démontré que « 61% des maladies étaient causées par l'exposition aux gaz toxiques »

  • Last but not least, l’eau des nappes s'en retrouve souvent  polluée. C’est ce qui s’est produit aux Etats Unis.
  • Et comme le montre le documentaire de Josh Fox ,"Gazland" (USA - juin 2010), l’eau du robinet, polluée, peut même aller jusqu'à s’enflammer...

ci-dessous la bande annonce du film, à voir jusqu'au bout: effet choc garanti

 

       

      Spécificité de l’extraction de ce gaz, il nécessite des forages rapprochés tous les 200 à 500 mètres. Imaginez ce que deviendraient les belles régions du Sud de la France: des gruyères ! Sans compter la valse des camions et l'emprise des infrastructures (On évalue à 200 le nombre de camions par puits).

 

 

 

LA RIPOSTE S’ORGANISE.

 

         Depuis son village du Larzac, le député européen José Bové refuse le fait accompli.

Avant même l’idée d’exploration (qui n’est pas sans inconvénient) il demande que les études soient faites sur la dangerosité, la nocivité des procédés.

 

         Une pétition est en ligne  « gaz de schistes non merci ». On peut la signer LÀ.


         Dans une tribune à "Rue 89", la députée européenne Corine Lepage dénonce l’absence de débat public alors que «les conséquences pour les populations peuvent se révéler très lourdes»; «Il est inadmissible qu'aucun débat collectif et politique n'ait lieu sur une orientation qui met en péril la reconversion énergétique de nos sociétés, notre santé et nos ressources naturelles. Un moratoire s'impose en Europe et en France » dit-elle. (lire )

 

 

UN BOULEVERSEMENT GLOBAL

 

         Il sera difficile de faire silence, tant les associations, les blogs se sont emparés de cette question via Internet. L’enjeu est considérable, il ne touche pas que le local, il est global.

         Avec l'utilisation de cette énergie fossile (la deuxième en importance aux USA) c’est toutes les bonnes (insuffisantes ) résolutions sur la réduction des émissions des gaz à effet de serre qui sont remises en cause. Le remplacement par les énergies alternatives s’en trouverait compromis.

         Un enjeu d’autant plus fort qu’il ne faut pas oublier un fait capital passé sous silence: le pic pétrolier est arrivé en 2006. Cela signifie que depuis on consomme plus que ce qu'on produit.

            Pour en savoir plus sur cette question (du pic pétrolier).

         D’où l’enjeu :

          « Les gaz schisteux sont vus comme une opportunité de développement pour des compagnies confrontées aux problèmes de nationalisme pétrolier et de raréfaction de la ressource. Plus globalement, les difficultés géologiques et géopolitiques inhérentes à l’exploration pétro-gazière renforcent la primauté donnée aux ressources non conventionnelles. » avance Augustin Roch chercheur associé à L’IRIS.

         C’est dire s’il va falloir ne pas laisser faire n’importe quoi.

 

&

 

Pour en savoir plus :

cliquer sur les liens

 

  • La très bonne enquête du site OWNI

« Discrètement lancée en France, la course aux gaz de schistes pourrait donner au pays son indépendance énergétique mais lui coûter un désastre écologique. »

http://owni.fr/2010/12/07/gaz-de-schiste-le-tresor-empoisonne-du-sous-sol-francais/

 

  • Gaz non conventionnels attention danger

http://www.scribd.com/doc/44738415/Gaz-Non-Conventionnels

 

  • Les gaz de schistes arrivent

Avec entre autre la carte d’Europe et d’Afrique du Nord des bassins pouvant contenir ces gaz

http://www.p-plum.fr/?Les-gaz-de-Schiste-arrivent-de

 

  • Gardarem lou gaz de schistes

Ou comment le Larzac prépare la riposte. « ils ont la loi pas la légitimité » dit José Bové

http://aspie-72.over-blog.com/article-gardarem-lou-gaz-de-schiste-64340793.html

 

  • Alerte au gaz de schistes

http://cdurable.info/Alerte-Gaz-de-schiste-Sud-France-Forages-Valence-Montpellier-Ales-Cevennes,3164.html

 

  • Energie du pire: Gaz de shale, l'inquiétant nouveau filon des compagnies pétrolières, Total s’est engagé à investir près de 40 millions d’euros dans la première phase d’exploration en France, autour de Montélimar et de Nîmes. 

http://www.bastamag.net/article1330.html

 


Publié dans gazs de schiste

Commenter cet article