PLU LEVENS : UNE ENQUÊTE PUBLIQUE FOISONNANTE

Publié le par les perdigones

Levens : 2985 hectares, 4718 habitants en 2009 et ….des centaines de pages d’arguments dans le cadre de l'enquête publique du Plan Local d’Urbanisme.
 
       L'enquête publique terminée ce jeudi 19 avril, on peut tirer quelques enseignements.
      D'abord, il les fallait bien ces quinze jours  supplémentaire, tant la population a participé et donné son avis. Et jusqu’au dernier moment le cahier déposé en salle de la mairie s’est enrichi de contributions individuelles ou associatives.  Des centaines de pages, des centaines de personnes, voilà le résultat quand on fait connaître les enjeux, quand on informe réellement et qu’on laisse l’expression libre.
       Et ça c’est le résultat pour beaucoup du travail des associations l’ADSLevens, Les Perdigones, Levens avenir. Et puis d'autres comme "Ensemble Plan du Var", qui a produit  un texte critique sur l'évolution de la situation de ce quartier de 130 habitants appelé à en recevoir 10 fois plus; texte signé par...des dizaines d'habitants du quartier. Et puis des habitants qui ont pris le temps de rentrer dans ces questions compliquées.
      L'association Les Perdigones, comme de nombreux habitants a d'abord recontré le commissaire enquêteur, puis dans les premiers temps de l'enquête publique, nous avons déposé une première contribution faisant état des conditions dans lesquelles ce PLU s'est élaboré et du manque de lisibilité des documents fournis. (ICI)
      Dans un deuxième temps, nous avons déposé une contribution détaillée, elle embrasse de nombreux points incohérents et critiquables, au point de vue de l'Environnement, de l'Agriculture, de l'Urbanisation,
La lire ICI
 
Urbanisation, Agriculture, PPRI
 
       Impossible de relayer honnêtement la diversité, la densité des interventions. Par contre pour les avoir consultées, l’on se doit de dire qu’il n’y en a pas beaucoup qui appuient ce PLU.
       Au delà des questions personnelles (comme dans toute enquête de ce type), beaucoup de contributions portent sur des thèmes d’intérêts généraux .
       On en identifie trois: la question de l’urbanisation, la question agricole, le Plan de prévention des Risques Inondations.
 
L’Urbanisation traumatisante
 
       Globalement l’urbanisation à venir est vécue comme traumatisante. Et incohérente.  Les argumentaires sont divers et variés.
  • Pas de travail sur la commune, 3/4 des actifs travaillent à l’extérieur, ce qui est la caractéristique d’une commune dortoir et cette tendance va s’accentuer.
  • Peur d’une modification de fond de la commune, crainte d’une perte de la qualité de vie.
  • L’éloignement domicile/ travail qui est la logique à l’oeuvre dans ce PLU est critiqué :  trajets sur routes plus longs, plus dangereux,
  • non conformité au "Grenelle de l'environnement" . La gestion non économe de l'espace pourtant préconisé est relevée.
  •  ainsi que les libertés prises avec la Directive Territoriale d'Aménagement. (lieux d'urbanisation choisis)
  • La beauté des lieux qu’il faut préserver revient dans pas mal de contributions où l’on évoque les paysages dégradés, les risques naturels mal évalués etc.
 
Deux conceptions de l’agriculture
 
        Si on avait dit il y a quelques années que l’agriculture serait en débat sur la commune de Levens, on ne nous aurait pas cru. Et pourtant ce fut un débat très instructif sur le positionnement des uns et des autres.
       On connaît notre position. Dans la période de crises (sociale, écologique, économique) qui va s’accentuer, nous défendons l’idée que pas un mètre carré de terre fertile, arable, nourricière, capable de donner des fruits, des légumes ne soit perdu.
       Nous ne sommes pas seuls à avoir ce point de vue. Et chose nouvelle, des associations extérieures à la commune l’ont dit dans le cadre de cette enquête publique. Elles partent d'un principe simple : La terre nourricière est un bien commun et l'on doit, partout, défendre ces meilleures terres garantes de l'avenir.
      Ainsi il y a eu les avis d’associations de citoyens comme "Aqui Sien Ben" de Carros (lire ), "Bio Consom'acteurs" (lire),  mais aussi de professionnels comme "Agribio 06" (lire ici leur contribution détaillée), de professionnels et citoyens regroupés autour de " Terres de liens" (lire), de "Filières Paysannes", et du "Collectif de Défense des Terres Fertiles (83)" , très en pointe depuis des années sur cette question (lire), mais aussi de syndicats agricoles comme la "Confédération Paysanne 06" (ICI) ...
       Tous défendent les terres arables dans leur totalité, 
 
       L’autre conception est une conception qui ne peut concevoir la question agricole que sur de grands espaces et qui s’arrange avec deux éléments essentiels: la valeur agronomique des sols et le rapport à l’alimentation des populations locales.
      Constatons que dans les Alpes Maritimes (chiffre chambre d’agriculture ) « sur 1836 exploitations, près d’un quart sont en maraîchage (489). Ce sont des petites exploitations de 5000 m 2 en moyenne » (extrait de "Terres d'Horizons, mars 2012, qui est la revue de la Chambre d'Agriculture du 06)
       Pour ceux qui ne le savent pas encore, il y a des sols nourriciers, riches de vie, qu’on peut mesurer par la valeur agronomique. Il reste peu de ces terres là, souvent planes et irrigables facilement. Il faut donc les sauver.
 
       L’agriculture, culture, pour nous, (le "Grenelle" ne dit pas autre chose), doit d’abord nourrir les populations.  
      Maraîchage, fruits, élevage, fromage, huile d’olive, olives: le territoire de Levens permet toutes ces productions ! Le PLU non ! C’est contre cela que se sont élevées beaucoup de personnes
       Pour quelques uns, qui profitent il est vrai du vague de la définition, tout est Agriculture. Ainsi de l’élevage de chevaux pour ballades de loisirs, de l’élevage de chiens etc .
       On ne va pas faire ce débat ici, il y aurait beaucoup à dire. Entendons nous bien, il n'est pas question d'empêcher les activités de loisir qui vont de pair avec le "Vert Pays" de Levens, et respectent son cadre et sa richesse naturelle, ni de critiquer des activités d'élevage ou de dressage des meilleurs "compagnons de l'homme". Mais tout ne se vaut pas et personne n’est dupe sur les « hectares agricoles de Levens ».
 
L’Arlésienne: le PPRI
 
       Faire un PLU sans PPRI (Plan de Prévention des Risques Inondation), cela peut se faire. Surtout s’il n’a pas été prescrit. A Levens il a été prescrit et mis à l’enquête publique ! Celle-ci a été effectuée, de même que les études complémentaires demandées. Ces études concernent, dans un premier temps, le secteur de l’Orte, et dans un deuxième temps, plus largement les environs. Tout est fait, mais le public n’en saura rien.
       Des contributeurs ont relevés cette anomalie et certains ne mâchent pas leurs mots en parlant de manipulation.
       Pas dupes de la manœuvre ils soulignent qu’on ne devrait pas tarder à voir sortir le PPRI, après l’enquête publique du PLU.
       On partage leur avis et on s’attend à un chef d’œuvre ! 
 
La délibération du conseil municipal sur la Madone
 
        On a eu droit pendant l’enquête publique à un autre tour de passe passe, avec le 4 avril dernier, une délibération, vœu de la municipalité, sur le secteur de la Madone. Ce vœu était censé atténuer les constructions qu’une délibération du même conseil municipal avait initié deux mois plus tôt. (vous voyez le niveau de cette équipe...)
       Nous avions dit dès le début que cela n’avait aucune valeur si les décisions municipales et métropolitaines qui fixent le cadre de la convention avec L’EPF PACA n’étaient pas annulées.
      La délibération municipale du 19 janvier, prise pour cela, n'a pas été retirée par la municipalité.
      Et la Métropole NCA a confirmé cette délibération le vendredi 13 Avril (la délib est LÀ), malgré l'intervention d'Emmanuelle Gaziello (Front de Gauche) et de Rémi Gaechter (Europe Ecologie les Verts, pour le groupe Changer d'Ère) qui en demandaient le retrait.
       Donc rien de changé pour ce secteur, les projets prévus sont bien en cours…nous avions bien dit:"libre à ceux qui veulent se laisser bercer par les sirènes..."
 
La pétition va arriver
 
       Pendant l’enquête publique, des habitants nous ont demandé ce qu’il en était de la pétition annoncée en réunion publique. Elle arrive. Les associations n’ont pas voulu interférer pendant l’enquête publique, ni sur le commissaire enquêteur. Elle sera adressée à Christian Estrosi, président de la Métropole Nice Côte d’Azur, aux élus de la métropole  et à Antoine Véran, Maire de Levens.
       Cette histoire ne fait que commencer, mais les levensois ont gagné du poids et de l’unité et ça va être de plus en plus dur de raconter n’importe quoi….

Publié dans Urbanisme

Commenter cet article

Alerte à Babylone 21/04/2012 15:01


Votre remarque est d'autant plus "appréciable" que l'immeuble où est sis l'actuel "Menbati" (pas certaine de l'orthographe...?) était frappé d'alignement depuis moult années . I.e: avant l'ère
glaciaire Veranesque, je ne saurais donc dire ce qu'il en est aujourd'hui).... Il appert donc que la notion  "d"alignement" est une totale abstraction. Abstraction que je n'oserais qualifier
d' "intellectuelle" tant ceux qui sont en charge de ce dossier sont dépourvus de cette qualité.......;-(

Mina 21/04/2012 14:05


Pourquoi avoir construit un immeuble devant l'école en bord de la route alors que c' est dangereux. Pourtant il avait été demandé que les constructions se fassent en retrait !! La mairie a
refusé. Avec 16 m de recul, comme ce qui est prévu le long de la voie des grands prés, le promoteur n'aurait pas pû construire et les alentours de l'école ne seraient pas devenus si dangereux !
où est la logique ?

Alerte à Babylone 21/04/2012 00:23


10 ooo habitants ?


15 000 habitants à Levens ? 


Moi, je suis pour. Plus on est de fous, plus on rit. Je trouve que c'est bien la vie à la campagne. Mais faut pas que ça soit trop sale. La chlorophylle ça tache mes converses blanches et le
pollen ça me colle un tarin d'enfer dès que le printemps arrive. 


Moi je trouve que c'est bien ce qu'il fait le maire. Il fait des jolis lotissements égalitaires où on a tous les mêmes jolies maisons en parpaings provençaux provinciaux , les mêmes crépis
Castorama couleur vomi, les mêmes huisseries PVC Triba, les mêmes accessoires jardin, issus de l'art plastique selon Carrefour, qui transforment nos jardins en merveilleux et féérique dysneland
aux couleurs bariolées.  Et puis plus les parcelles sont petites mieux c'est . On peut enfin profiter à fond de la promiscuité: les odeurs du barbecue d'à côté, la couleur et la taille du
maillot de bain de la voisine, le joyeux ronron de la débroussailleuse dominicale, les braillements de la petite enfance, les prises de bec conjugales, les joyeux hurlements de la télé d'à côté…
Bref , tout ce qui fait le bonheur de la vie en collectivité. Moi, j'aime bien, ça me change de la ville. J'ai pas de voisins qui me font ch… au dessus de la tête , ils sont relégués derrière ma
haie. Pas d'ascenseur à partager, pas obligé de leur dire bonjour. 


Il y a quand même quelques trucs qui seraient à améliorer. Faudrait plus de ronds points avec des géraniums et des nains en plastique pour décrocher des premiers prix de "villages fleuris" et
surtout des feux tricolores aux carrefours devant les écoles pour que les enfants ne se ressentent pas comme des "bouseux" dépaysés quand ils vont à Nice. Il faudrait enlever les arbres qui me
font éternuer. Mettre des trottoirs avec des rebords en granit car, comme beaucoup de gens, j'aime bien jouer à marcher les yeux fermés pendant 10 pas et quand on ouvre les yeux si on est sur un
joint entre deux pierres on va en enfer, sinon on va au paradis. Et puis il faudrait quelques hypermarchés pour pouvoir acheter des frites et des nuggets car à Levens il n'y a pas de fermier et
nos jardins sont tellement petits qu'on a déjà du mal à y stationner nos 4X4 , alors la culture de chips et de chikens… Il faudrait également une autoroute ou au moins une pénétrante avec une
voie réservée au tramway et une autre aux deux roues . Il est à noter d'ailleurs qu'il faudrait également revoir les horaires des transports en commun car lorsque mon fils de 17 ans va au cinéma
à Nice le samedi soir, il est obligé de dormir à la gare routière car le bus de retour ne part que le dimanche matin. Et puis il y a un truc qui m'angoisse vraiment : c'est la pénombre de nos
lotissements où l'on risque l'agression nocturne . Pourquoi seules les voies routières ou le beau parking couvert du village sont nantis d'une pléthore de réverbères alors que les véhicules ont
des phares ?


 


20 000, 25 000 habitants ? 


Moi je suis pour . C'est à cette seule condition que nous obtiendrons, des ronds-point , des feux tricolores, des transports en commun, des trottoirs bordés de granit où on ne salira plus ses
converses blanches, des hypermarchés, des autoroutes, des réverbères, des géraniums, des nains en plastique et des cultures de nuggets et de chikens sur les zones inondables.


Venez tous habiter à Levens, le pays du béton à deux pas de la belle coulée verte de Nice.