DÉFENSE DES TERRES FERTILES: LE DÉBUT D’UN PROFOND MOUVEMENT

mis en ligne le 9 septembre 2010

 

DÉFENSE DES TERRES FERTILES: LE DÉBUT D’UN PROFOND MOUVEMENT

C’est le début d’un profond mouvement: sauver et reconquérir les terres fertiles.

Il concerne tout le monde et transgresse les opinions, les confessions.

Pourquoi faire voyager sur des milliers de kilomètres des fruits et légumes, de la viande alors qu’on peut en avoir à notre porte ?

Gain pour tous, moins de pollution liés au transport, à la conservation, plus de qualité lié à la fraîcheur, la proximité.

Sans parler de ce qui n’a pas de prix : les liens entre les hommes ; entre l’homme et la terre, la sauvegarde des paysages, de l’environnement, la gestions des désordres naturels

En période de crise l’agriculture locale évite la catastrophe.

Détroit (USA) la capitale de l’automobile qui comptait deux millions d’habitants se débat dans les pires souffrances. Déclin, perte d’emplois. Il ne reste plus que 800 000 habitants.

Et du jardin conquis sur les gravats au terrains vagues cultivés, c’est désormais 1/3 des besoins alimentaires qui sont produits sur place. (150 tonnes)

lire l'article de l'Express: "Comment Détroit se tourne vers l'agriculture"

Le phénomène des villes en transition s’étend partout dans le monde.voir le site: villes entransition.net

Il consiste à re- localiser les productions dans l’optique d’un pic pétrolier proche.

Le moindre lopin de terre est cultivé, les arbres  fruitiers remplacent les arbres d’ornements.

Voilà ce que disent les initiateurs à ceux qui objectent que ce n’est pas rentable de cultiver sur place: «  Dans un avenir pas si lointain où tout ce qui n’est pas produit localement risque de devenir très cher suite à la raréfaction du pétrole et donc à l’augmentation vertigineuse des coûts de transport, notre capacité à produire des fruits et des légumes localement devrait être encouragée et développée. »

Le succès du film documentaire de Colline Serreau « Solutions locales pour désordre global » est révélateur.

Tout un public, les débats en témoignent, ne s’en laisse plus compter par les arguments vantant l’agriculture intensive, chimique, éloignée. Ce public expérimente en tout lieu toute une série d’alternatives qui vont de la ré-appropriation des semences, aux cultures sans engrais ni pesticides, à la re-localisation des productions agricoles.

Partout la défense des terres fertiles devient un objectif.

À Rodez c’est une ceinture maraîchère qui se crée autour de la ville.

Et dans les Alpes maritimes la journée d’action du 6 juin dernier "pour la défense des terre fertiles" est le début de ce mouvement profond qui gagne villes villages et campagnes.