LES LANCEURS D'ALERTE ENFIN PROTÉGÉS ?

le 2 février 2013

LES LANCEURS D'ALERTE ENFIN PROTÉGÉS ?

Les lanceurs d'alerte font figure de citoyens pas tout à fait comme les autres.

Lorsqu'ils découvrent une situation, un fait qui leur paraît non légal, dangereux, ils ne tournent pas la tête comme s'ils n'avaient rien vu.

Non; ils s'engagent, témoignent, alertent, remuent terre et ciel pour qu'éclate la vérité.

Sont ils récompensés, félicités, protégés comme aux Etats Unis ou au Royaume Uni, pour leur persévérance et leur bravoure?

Pas du tout. Bien au contraire même.

Certes, ils ne jouent pas leur vie comme dans des pays tels la Russie ou la Chine (quoique), mais ils risquent gros.

Il suffit de les écouter pour imaginer leur sort.

Pressions de toutes sortes, professionnelles, relationnelles, mises à l'index sont leur lot quotidien.

Ainsi Irène Frachon qui a mis en évidence la dangerosité du Médiator s'est-elle vue dans un premier temps condamnée par nombre de ses pairs et collègues scientifiques.

Ainsi cet entrepreneur qui dénonce les ententes pour les attributions de marchés et qui, de fait, n'aura plus de chantier.

Ainsi de ces citoyens qui traquent les magouilles sur de gros marchés tels la construction du stade de Lille.

Ainsi de ceux qui montrent, révèlent les "passe-droit", enrichissements personnels, conflits d'intérêts d'élus.

Bien souvent, avant d'examiner ce qu'ils dénoncent, ces citoyens sont déclarés suspects à priori, accusés de tous les maux.

Les choses sont cependant sur le point de changer, l'Assemblée Nationale vient de faire un premier pas ( lien) pour protéger les lanceurs d'alerte :

Le texte qui doit encore passer devant le Sénat comporte cependant de nombreuses limites (lien), comme l'impossibilité pour des personnes ordinaires de saisir directement la commission de déontologie et des alertes.

Il est temps, comme le demande l'association ANTICOR* (lien) de faire un pas significatif afin de protéger tous les lanceurs d'alerte et de prendre au sérieux les éléments qu'ils avancent.

Un peu de morale dans la vie publique ne peut que renforcer une démocratie bien mise à mal.

 

*le 23 janvier 2013, Anticor 06 (lien)  a organisé  au Théâtre du Port, à Nice, une projection-débat autour du reportage « Corruption : la tentation permanente » (reportage qui avait été diffusé dans l’émission Complément d’Enquête, le 15 novembre dernier, sur France 2).