Le cancer du clientélisme:

 

mis en ligne le 6 octobrel 2013

« Je regrette que mes amendements sur le clientelisme local aient été retoqués. Je m'érige contre les pratiques qui consistent, sans le dire, à subventionner des associations avec lesquelles les élus locaux ont des liens ou à recruter des personnels issus de leur entourage plus ou moins proche »

Le « dangereux extrémiste » qui tiend de tels propos est ….Valérie Pécresse secrétaire générale de l'UMP, ancien ministre. (Direct Matin du 25 juin 2013)

Au delà de la posture politique, cela révèle un malaise et un problème profond. Avec les conflits d'intérêts, c'est le cancer de la vie politique

Chacun est à même pour peu qu'il s'intéresse à ce qui se passe près de chez lui, de citer des situations où chacun n'est pas traité de la même façon.

Chacun est à même de constater qu'une association comme « Vert Azur » qui a trois à quatre fois moins d'adhérents que « Les Perdigones » n'est pas traitée de la même façon. A l'une toutes les largesses, à l'autre des tracasseries pour obtenir, quelques heures, une salle municipale pour faire une conférence.

On peut définir le clientélisme par quelques points :

            -C'est d 'abord la négation de la politique:l'engagement sur un contenu n'a plus de sens, de même que « droite, gauche , centre , extrême »...

            - Ce phénomène se constate essentiellement dans les collectivités locales

            - C'est un engagement entre une personne et une autre personne.

Les remèdes à cette paralysie de la vie sociale sont connus:

            - Le non cumul des mandats dans l'espace et dans le temps. Un mandat à la fois et pas plus de deux fois de suite.Pratiques et personnels politiques en seraient renouvelés

            -La valorisation du suffrage universel. Majoritairement les populations ne sont plus adminstrés par les conseils municipaux mais par des instances  intercommunales qui ne sont plus élues au suffrage universel.

            -La transparence des décisions.

 

Ce n'est qu'à ce prix (pas onéreux pour le citoyen ) qu'on en en finira avec ce mal et qu'on retrouvera le vrai sens de l'engagement en politique : désintéréssé et au service de la collectivité.