Quand les bâtiments publics sont eux aussi en vacance

publié le 12  juillet 2011

Quand les bâtiments publics sont eux aussi en vacance

« Lorsque l'on demande aux Français quelle est la mesure prioritaire pour améliorer l'accès au logement des personnes en difficulté, la réquisition de bâtiments publics (hôpitaux, casernes, écoles, …) et de logements vides apparaît comme la première mesure (39 %) » signale une enquête Emmaüs (les français, les sans abri et la lutte contre l’exclusion.)

Ce bon sens n’est malheureusement pas partagé par tous les décideurs.

Chacun peu citer des exemples près de chez lui.

Ainsi à Levens (06), depuis des années les trois bâtiments de deux anciennes gendarmeries et les terrains attenants sont délaissés. Publics mais abandonnés ou en vacances.

Il y aurait de quoi faire trente cinq logements, comme on l’a déjà écrit.

35 ? on en rénove six sur un seul bâtiment.

Les optimistes diront que c’est un bon début.

Nous, nous pensons qu’il était difficile de ne rien faire, alors on fait le strict minimum.

Mais il va être un peu plus compliqué d’expliquer qu’il faut faire des logements sociaux ailleurs alors qu’on n’utilise pas  tout le potentiel de ce lieu à cet effet.

C’est vrai qu’il y a d’autres endroits plus adaptés au béton.

Tiens l’orte par exemple.

Quoi le lieu des potagers ? Et alors ?

C’est l’une des deux dernières terres arables de la commune ? Et alors…?

À cause des problèmes d’eau qui concernent ce lieu, le Plan de Prévention des Risques Inondations de la commune est stoppé ? Et alors...?

Bonnes vacances !